Né de la volonté du gouverneur August Köhler de rendre la nouvelle capitale coloniale visible depuis la mer, le palais des gouverneurs (aujourd’hui Palais de Lomé) fut érigée en sept ans, de 1898 à 1905, sous la direction technique de l’ingénieur des travaux Furtkamp. C’est alors le symbole de la puissance et de la prospérité de la colonie allemande.
D’abord résidence des gouverneurs allemands, puis français, il fut utilisé comme siège de l’Etat togolais jusqu’en 1970. De 1976 à 1991, le Palais devient « Palais des Hôtes de marque de la République togolaise » avant de devenir le siège de la Primature en septembre 1991.

Constituant un objet symbolique de la contestation politique, le bâtiment se voit fortement dégradé et abandonné suite aux troubles socio-politiques en 1990 et 1991.

Pour la première fois de son histoire, ce lieu jadis interdit, d’où s’exerçait le pouvoir, est accessible aux visiteurs togolais et étrangers, après plus de vingt ans d’abandon. Ainsi réinvesti par la population, il est l’occasion pour les Togolais de renouer avec l’histoire de leur pays, tout en conférant aux valeurs togolaises une visibilité internationale.